Les pieds, essentiels à notre santé vertébrale

Notre corps est une structure complexe et fascinante. Un problème au niveau des pieds ou dans la démarche peut créer une tension accrue sur les articulations, les muscles, les os et le système nerveux, affectant toute notre structure, notamment le dos.

Des études ont démontré un lien entre les douleurs lombaires et les pieds plats, la pronation excessive, l’instabilité des chevilles et la dysfonction articulaire de la cheville par exemple.

Lombalgies par compensation

Certaines douleurs dorsales viennent directement d’une compensation de la fonction anormale du pied. Nous modifions, consciemment ou non, notre posture pour compenser cette fonction anormale (douleur, subluxation, blessure…), créant ainsi les conditions propices à la lombalgie. C’est le cas de pieds plats et d’une pronation excessive.

Les pieds plats se caractérisent par un affaissement et une raideur de la voûte plantaire. Ils répartissent mal les forces s’exerçant sur le sol, qui vont se transmettre à d’autres structures, notamment le dos. Dans le cas d’une pronation excessive, l’affaissement du pied, de l’articulation de la cheville lors de la marche ne permet plus au pied d’absorber la rotation axiale de la jambe et de préparer le corps à réagir au contact du sol. Les forces se répartissent ailleurs, souvent sur le dos également.

Douleurs par répercutions

Si la mobilité d’une articulation est limitée, cette perte affecte les articulations voisines, risquant de causer des douleurs.

C’est ainsi très vrai pour le pied et la cheville. Leurs limitations articulaires se répercutent directement sur les genoux, les hanches et la colonne vertébrale.

Instabilité de la cheville

L’instabilité de la cheville peut être causée par une blessure ou une déficience du contrôle neuro-musculaire. Des études ont démontré une corrélation entre une instabilité de la cheville de moyenne à grave et les risques de douleurs lombaires. Comme nous l’avons mentionné plus haut, les troubles seront compensés et la conclusion sera des douleurs lombaires.

Jambes de longueur différente

Une différence dans la longueur des jambes de plus de cinq millimètres peut provoquer des douleurs lombaires. Si cette différence est supérieure à 9 mm, les risques de souffrir d’une crise de lombalgie augmentent considérablement, allant parfois jusqu’à une scoliose fonctionnelle. Cette compensation peut affecter également les muscles et les tissus mous, causer douleurs et malaises.

Déséquilibres dans le poids du corps

Le corps peut présenter des différences structurelles subtiles, attribuables à une asymétrie naturelle ou à une blessure. Lorsqu’il y a déséquilibre important des poids, la pression inégale exercée à certains endroits cause des problèmes neuro-musculo-squelettiques.

Quand la source du problème se situe au niveau du pied, c’est une réaction en chaîne qui se crée, terminant le plus souvent en douleurs dorsales et de hanches.

– Wilson J, Ferris E, Heckler A, Maitland L, Taylor C (2005). A structured review of the role of gluteus maximus in rehabilitation. New Zealand Journal of Physiotherapy 33(3) 95-100.

– Dananberg HJ. The Effect of Gait on Chronic Musculoskeletal pain. Manual for The Langer Foundation for Biomechanics and Sports Medicine Research, 1992 pp.16-22.

– Dananberg HJ. Gait style and its relevance in the management of chronic lower back pain. In: Vleeming A, Mooney V, Gracovetsky S, Lee D, et al. (eds): Proceedings, 4th Interdisciplinary World Congress of Low Back & Pelvic Pain, Montreal, Canada, November 8-10, 2001, pp. 225-230.

– Dananberg HJ, Guiliano M. Gait mechanics and their relationship to lower back pain. In: Vleeming A, Mooney V, Tilscher H, Dorman T, Snijders C. (eds): Proceeding of 3rd Interdisciplinary World Congress on Low Back and Pelvic Pain. European Conference Organizers, Rotterdam, Holland, November 1998.

– Dananberg HJ. Gait style and function of the SIJ. In: Vleeming A., Mooney V, Snijders C, Dorman T (eds): Movement, Stability, and Lower Back Pain. Churchill Livingstone, New York, 1998, pp. 253-267.
– O’Leary C, Cahill C, Robinson A, Barnes M, Hong J. A systematic review: The effects of podiatrical deviations on nonspecific chronic low back pain. Journal Of Back & Musculoskeletal Rehabilitation [serial online]. April 2013;26(2):117-123 7p
– Rothbart B, Estabrook L. Excessive pronation: A major biomechanical determinant in the development of chondromalacia and pelvic lists. J Man Phys Ther. 1988; 11(5): 373-379.
– Marshall PW, McKee AD, Murphy BA. Impaired trunk and ankle stability in subjects with functional ankle instability. Med Sci Sports Exer. 2009; 41(8): 1549-57.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.