Santé émotionelle et santé physique: Un lien prouvé

blue-female-yellow-backbone-side-view-e1464048314913

L’un des concepts fondamentaux de la chiropraxie est la connexion étroite et profonde entre le cerveau et le corps. Cette idée que le cerveau et le corps s’affectent mutuellement est cimentée dans notre pratique quotidienne. Aujourd’hui, la médecine occidentale est encore un peu réfractaire à l’idée d’un lien entre la santé mentale, émotionnelle et physique. Il est encourageant de voir que des études de plus en plus avancées commencent à montrer une forte corrélation entre la détresse émotionnelle et des soins de premier contact.

La chiropraxie a intégré cette idée holistique du corps depuis ses débuts

Man Paying the Bills

Psychology Today mentionne qu’environ 80% des visites de soins de premier contact résultent d’une détresse émotionnelle; une autre a démontré que le stress au travail représentait jusqu’à 38% des différences de longévité entre les travailleurs de différentes professions [1].

 

La conclusion est claire : le stress tue

Psychology Today a également publié un rapport de l’hôpital de Boston Deaconess. Seulement 3% des médecins non psychiatriques enseignent à leurs patients des techniques de gestion du stress [1].

Cela les a conduit à poser une question très pertinente : “Pourquoi y-a-t-il un tel décalage entre la cause de nombreuses maladies et la façon dont les médecins traitent les patients?”.
Une analyse de Google au cours d’une décennie, a montré une corrélation entre des dépressions ou des troubles bipolaires et une vaste gamme d’autres maladies. Une étude citée par Psychology Today a montré que 65% des patients souffrant de troubles mentaux souffrent également d’un ou plusieurs problèmes “médicaux” [1].
Qui vient en premier? La maladie physique ou la maladie mentale? Cela reste à déterminer.
Même s’il apparaît que la maladie mentale se développe principalement à partir de la maladie physique, et non pas l’inverse, ces statistiques suggèrent un lien corps-esprit très fort, et indiquent que la santé mentale devrait figurer en tête de liste dans le traitement de la maladie physique. Et vice versa. Les enquêtes sur les soins de santé mentale montrent que les psychiatres, souvent, sous-apprécient et sous-diagnostiquent les causes physiques ou les déclencheurs de problèmes émotionnels et comportementaux”.
russell-grace-university-of-florida-ben-hill-griffin-stadium-panorama

Dr. Ryan Hall, de l’Université de Floride, a trouvé que jusqu’à 47% des problèmes mentaux pour lesquels les patients cherchent un traitement ont une cause physique. Donc, si des problèmes mentaux causent des maladies physiques, ou des maladies physiques provoquent des problèmes mentaux (ou les deux), il semble probable que les psychiatres sous-estiment l’importance des maladies médicales, et les médecins généralistes sous-estiment l’importance des problèmes de santé mentale [1] ”.

 

Tout cela a pour but de mettre en avant notre paradigme : les santés mentale et physique sont inextricablement liées. Placer un stress sur l’un affectera l’autre. Les chiropracteurs savent ça depuis longtemps. Maintenant les recherches le prouvent.

Dans son livre “The Wellness and Prevention Paradigm”, Dr. James Châtaigne parle longuement des effets du stress, à long terme, sur le système nerveux sympathique, les surrénales et le reste du corps. “Les humains, et toutes les autres espèces, se déplacent loin d’un état de santé  parce qu’ils sont exposés à des facteurs de stress qui proviennent de l’extérieur, modifiant la physiologie naturelle de leurs cellules.” Autrement dit, le stress crée  un état de physiologie qui s’adapte à notre environnement. Même notre état ou attitude mentale  peuvent influer sur ces changements physiologiques.

Ce concept semble gagner du terrain dans le monde de la médecine allopathique et de la recherche. En effet, Harvard [2] vient d’annoncer un nouveau centre qui sera consacré à l’étude : “Comment être heureux nous permet de rester en bonne santé”.


L’objectif du centre est de faire progresser la compréhension scientifique du lien entre un état d’esprit et un environnement social positifs,  avec une bonne santé physique. Les chercheurs espèrent comprendre comment des circonstances sociales et mentales négatives peuvent influer sur la santé ou la longévité. Les scientifiques de Harvard espèrent que les résultats pourront aider les thérapeutes dans leur façon de travailler avec leurs patients.

 

La vie est bien faite : parmi les émotions positives les plus bénéfiques pour la santé figurent justement la gratitude et la bienveillance, et le contact régulier avec la nature améliore notre immunité. Ces données nous encouragent à prendre soin non seulement de nous, mais aussi de notre environnement, humain et naturel. 

References

[1] Haseltine, E PhD, (2016), “Late Breaking News About Your Mind-Body Health Connection: Hard numbers on ‘soft science.” Psychology Today,  retrieved 16 April 2016

[2] Dilonardo, M (2016), “Harvard investing millions into happiness: new center will study how being happier can make us healthier,” Mother Nature Network,   retrieved 28 April 2016

 


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s